5 histoires de sexe réelles pour vous exciter

Ces histoires de sexe réelles sont presque trop chaudes pour être vraies.

Si vous pensiez que la fiction érotique était sous-estimée, attendez de les lire.

Je vais juste lancer un avertissement explicite sur le contenu parce qu’il va faire chaud ici :

Il s’agit bien de contenu NSFW.

Nous avons tous des secrets, mais quand il fait aussi chaud, c’est difficile de les garder pour soi.

Quel meilleur endroit que confessix.xyz pour confesser vos péchés sexy ? Chercher sur Internet les histoires de sexe les plus saugrenues est un travail difficile (sans jeu de mots) mais certains doivent le faire.

Installez-vous pour un peu de vapeur (et sortez ce fidèle vibromasseur). Nous vous proposons les meilleures histoires de sexe réelles sur Internet, qui vous exciteront à coup sûr.

Vous êtes les bienvenus à l’avance…

  1. Rénovations de grande envergure

Je suis une femme, la vingtaine, vivant seule, célibataire, et les hommes disent que je suis conventionnellement attirante, avec des cheveux brunâtres, des yeux noisette, une taille normale pour une femme (1m80), un cul et des seins de taille décente, athlétique, la peau blanche. Je suis en train de rénover ma maison.

Une partie de ces travaux consiste à remplacer le carrelage des douches, qui étaient laides et dépassées. J’ai choisi les matériaux et j’ai appelé pour trouver un installateur de carrelage. La plupart des entreprises que j’ai appelées étaient occupées trois mois plus tard, j’ai donc décidé de faire appel à des installateurs individuels. J’ai trouvé une entreprise dirigée par deux gars et il a accepté de venir le lendemain pour estimer le projet. Le type est venu (non, je n’ai pas baisé celui-là), a pris ses mesures et m’a dit que son partenaire viendrait la semaine suivante pour commencer. D’accord. Nous avons décidé de commencer par la salle de bains principale, qui est reliée à ma chambre et qui a le placard à côté.

Mercredi dernier, vers 7 heures du matin, j’ai reçu un coup de fil du carreleur qui m’a dit qu’il venait dans 15 minutes.

Merde.

Je n’avais pas pris de douche et j’ai dû me préparer pour le travail. Avant même que j’aie eu le temps de me brosser les cheveux, on a sonné à la porte. J’ai mis un peignoir sur mon pyjama et je suis allée répondre. Ce type était très différent de son partenaire en affaires. Un mec d’1m80, probablement la trentaine, cheveux blonds et yeux verts. Il avait quelques tatouages sur les bras, et portait un débardeur et un short très court. Il avait la carrure d’un joueur de football.

On s’est dit bonjour, je lui ai montré la salle de bain et il s’est mis au travail.

Je lui ai ensuite demandé si je pouvais prendre une douche dans l’autre salle de bains, puisqu’il travaillait avec les tuyaux. Il a dit oui, mais de faire attention à l’eau chaude.

Je suis donc allé dans l’autre salle de bains, j’ai pris une douche et je me suis senti tout de suite excité. J’ai commencé à me frotter lentement et j’ai pensé au short que portait le carreleur. Je pouvais y voir le contour de sa bite. Dans mon état d’excitation, je décide de lui faire des avances. Je termine ma douche, j’enroule une serviette autour de moi et je vais dans la salle de bains principale. Je le trouve à genoux, en train de découper des trucs en plastique. « Je dois me maquiller et sécher mes cheveux ici. Ça te va ? », lui dis-je. Il m’a regardé et je suis sûr que de sa position, il pouvait voir sous ma serviette. « Euh, oui, bien sûr ». Alors je prends mon sèche-cheveux et je vais faire mon travail. Je pouvais voir qu’il bougeait de différentes façons pour probablement cacher une trique.

Mon maquillage est rangé dans un tiroir du bas, donc j’ai dû me pencher un peu. Je m’assurais de me pencher un peu plus que nécessaire à chaque fois. Il ne bougeait pas, alors j’ai fini par m’impatienter et j’ai dit : « Hé, l’un de nous a trop de vêtements ».

Il a levé les sourcils avec un air confus sur son visage. « Enlève ton débardeur », lui ai-je dit. Il m’a étonnamment obligé. Son corps était magnifique. J’ai enlevé ma serviette et je me tenais maintenant nu devant le carreleur qui tenait une règle. Ses yeux sont devenus gros comme des oignons.

« Putain », murmura-t-il. “

Enlevez vos shorts. Je veux voir ça », ai-je dit.

Il s’est levé et a lentement enlevé son short. Une bite très épaisse et bien dressée est apparue. J’ai probablement haleté quand il les a enlevés parce qu’il a dit : « Je vous ai rassemblés comme vous le voyez ». « Putain oui, je l’aime ». Il m’a embrassé et m’a fait courir ses mains sur tout le corps. Nous sommes entrés dans la chambre où je me suis allongée sur le dos au bord du lit, il s’est mis à genoux et m’a dévorée. « Tu as bon goût, j’adore ça », a-t-il dit. « Je n’ai pas beaucoup de temps, je veux sentir cette bite en moi », lui ai-je dit.

Il m’a mis à quatre pattes, m’a giflé et est entré en moi. Putain, j’ai senti sa bite dans mon ventre. « Qu’est-ce que ça fait ? », me demanda-t-il. « Putain, c’est génial, donne-le moi plus fort », je l’ai encouragé. Il a commencé à pousser plus vite en me giflant le cul et en me tirant les cheveux. « Putain, je vais jouir », il a gémi et m’est tombé sur le cul et sur le dos.

Mes jambes tremblaient encore à cause de la force de la poussée, mais je me suis levée et j’ai observé en plaisantant : « Maintenant, je dois me doucher à nouveau ». Nous nous sommes douchés ensemble, puis je me suis habillée et je suis partie au travail.

Lorsque je suis rentrée tard dans la soirée, il était déjà parti mais il a laissé une note sur le comptoir qui disait « A demain ». Le lendemain matin, il est venu plus tôt que 7 heures, ce qui nous a laissé plus de temps pour y aller. Il ne travaille pas pendant le week-end, mais nous verrons ce que le lundi (demain) nous apportera !

  1. Sexe d’anniversaire

Anniversaire. Sexe. Est. Le. Le. Sexe.

C’est une histoire de l’été dernier. C’était le 32ème anniversaire de mon mari et je l’ai surpris avec un week-end dans la nature. J’ai loué une jolie petite cabane à environ trois heures de notre appartement en ville. Nous avons pris notre chien, notre matériel de photographie, et avons fait le petit voyage en voiture jusqu’à notre emplacement du week-end.

C’était une zone assez isolée. Il y avait une cabane à environ 15 mètres de nous, mais personne n’y a séjourné ce week-end. C’était parfait.

La cabane avait un jacuzzi sur la terrasse arrière qui donnait sur un vaste espace boisé. C’était absolument magnifique. À l’approche du coucher du soleil, nous sommes entrés dans le jacuzzi avec des verres de whisky et de vin à la main.

Nous avons passé quelques heures à boire, à écouter une playlist que j’avais faite de toutes les musiques préférées de mon mari, à fumer quelques joints et à parler. Au fil du temps, nous sommes passés de l’un à l’autre, de l’un en face à l’autre. Puis nous avons commencé à nous embrasser. J’étais à cheval sur lui.

D’abord, mon haut de bikini s’est détaché. Il m’embrassait partout. Je me sentais si bien. Avant que je ne m’en rende compte, j’étais complètement nue, il était complètement nu et nous étions entremêlés – il me suçait et me pinçait les seins. Je caressais sa bite dure.

Mais l’eau n’est pas l’endroit le plus facile pour le sexe pénis-en-vagin (du moins, je n’ai pas encore trouvé comment le faire confortablement), alors nous avons fini par nous enfuir dans la cabine.

Une fois à l’intérieur, la porte s’est refermée et il m’a coincé contre un mur. J’ai enroulé mes jambes autour de lui et il s’est glissé à l’intérieur de ma chatte humide et palpitante. Nous étions debout dans la cuisine. Il m’a emmené sur l’île. Nous avons changé de position – j’étais penchée sur l’île pendant qu’il y allait à fond par derrière.

Dans notre état d’ivresse et de défonce, nous étions littéralement partout. Pendant quelques minutes, nous étions sur le canapé. Puis, une chaise. Peu de temps après, nous étions par terre dans le salon et je rebondissais sur lui. Il m’a fait signe de bouger et il m’a retourné pour que je sois en dessous de lui.

J’aime ce que l’on ressent lorsqu’il va aussi loin que possible, et j’avais mes jambes enroulées autour de lui en bougeant mes hanches vers le haut pour qu’il puisse être aussi profond que possible en moi. Il m’a dit qu’il était sur le point de venir et je l’ai supplié de venir à l’intérieur de moi.

Cela l’envoie toujours au bord du gouffre.

Je l’ai senti palpiter à l’intérieur de moi et me remplir. Nous étions épuisés, tous les deux à bout de souffle. Nous nous sommes embrassés et câlinés pendant un moment, puis nous avons pris une douche, nous embrassant et nous touchant tout le temps. Nous nous sommes lavés l’un l’autre à tour de rôle. Une fois que nous sommes propres, nous allons dans la chambre pour le deuxième round.

Je lui ai fait la meilleure pipe qu’il ait jamais eue (c’est lui qui me l’a dit). Ensuite, il a essayé de me faire une pipe, mais je lui ai dit que c’était son anniversaire et que c’était pour lui ce week-end. Mais il m’a retourné et m’a dit qu’il aimerait que je me sente aussi bien que je l’ai fait. Il a commencé à me sucer le clitoris et à m’embrasser, à me lécher et à me sucer partout jusqu’à ce que je vienne – deux fois.

Le lendemain matin, nous nous sommes réveillés excités à nouveau. J’ai rebondi sur son bois du matin jusqu’à ce qu’il vienne en moi pour la troisième fois ce week-end. Ensuite, nous avons mangé son gâteau d’anniversaire au petit déjeuner.

  1. Chaud pour le professeur

Le mari et moi travaillons tous les deux dans l’enseignement supérieur. Je travaille dans une école privée, et c’est les vacances d’été en ce moment. Le campus est calme.

Je travaille beaucoup à la bibliothèque ces derniers temps, et mon mari a décidé de me surprendre avec un café ce matin. Il est tellement attentionné et sait toujours quoi faire pour me faire sourire. Nous nous remettons aussi d’une chambre morte et nous essayons de nouvelles choses après avoir été mariés pendant près de 10 ans.

Il m’a envoyé un SMS : « Salut bébé, je suis ici à la bibliothèque pour te voir. Où es-tu ? » Je lui dis où je suis et il arrive avec un café à la main. Je suis si heureuse de le voir et aussi reconnaissante pour le café. Il s’assied avec moi pendant que je lui parle de mes recherches et il boit le café. Pendant que je lui parle, il est visiblement distrait. Nous partageons le même niveau d’intérêt pour ce sujet, donc je ne comprends pas bien pourquoi il n’est pas aussi excité que moi de parler de la recherche sur les nerfs.

Puis il met sa main sur ma cuisse sous la table. Il commence lentement à frotter ma cuisse et se rapproche de ma chatte à chaque mouvement qu’il fait. Instantanément, je suis excitée. Je ne me souviens même pas de ce dont je parlais.

Mon mari me dit : « Tu n’avais pas besoin de me montrer un livre par ici ? » Et il se dirige vers une salle d’étude. Je me lève de la table, énervée parce que je suis très excitée, et je le suis jusqu’à la salle d’étude vide. Une fois à l’intérieur, j’éteins les lumières et nous nous dirigeons vers le coin pour nous assurer qu’on ne nous voit pas à travers une fenêtre.

Nous sommes sur le sol, c’est de la moquette, et il tire sur ma robe, suce mes seins, me mord le cou. C’est brut et animal. Il me dit qu’il était tellement excité à la maison (c’est son jour de congé) et qu’il ne pouvait pas attendre que je sois en congé. Il devait venir me voir et être en moi.

Il commence à me doigter, à insérer deux doigts dans ma chatte mouillée et à utiliser son pouce pour jouer avec mon clitoris. Il baisse la tête. Il tire ma culotte sur le côté. Il enfonce son visage dans ma chatte fraîchement rasée. Il m’embrasse, me lèche et me suce partout. Je commence à m’approcher. Puis il remonte et glisse sans effort sa bite dure en moi. Une fois qu’il est dedans, il a du mal à se taire. Je peux dire qu’il est si près d’arriver, alors je change de position. Je le fais s’allonger sur le sol et je me mets en position de cowgirl inversée.

Il me tape sur les fesses mais ça devient bruyant, alors je lui prends les mains et lui dis de garder ça pour plus tard dans la soirée. Il est d’accord.

Il se rapproche et me demande si je suis prêt à ce qu’il me fasse le plein. Je suis prête et je continue à rouler et à faire tourner mes hanches sur sa bite jusqu’à ce que je l’entende et que je sente l’orgasme se propager intensément en moi. Je me lève lentement et une partie de son sperme se retrouve sur le tapis. Oups ! Nous avons vraiment laissé notre marque dans cette salle d’étude.

Nous nous levons, nous nous assurons de ne pas avoir l’air trop évident et nous quittons la salle d’étude comme si nous sortions d’une réunion de travail. Il n’y a personne dans les environs, donc nous sommes en sécurité !

Il part et dès qu’il rentre à la maison, il m’envoie un SMS pour me dire qu’il ne peut pas attendre le deuxième tour ce soir. Le dernier message qu’il m’a envoyé disait : « Quand tu rentreras chez toi, la porte sera déverrouillée. Je t’attendrai dans la chambre, mais assure-toi que tu es complètement nue avant d’entrer ». 17 heures, c’est trop tôt pour arriver !

  1. Pris en flagrant délit

C’est une histoire sur Val, et une nuit marquée par ma rencontre la plus publique à ce jour.

J’ai rencontré Val comme j’ai rencontré la plupart des femmes avec lesquelles je couche – Tinder. La nuit en question, nous n’avons pas eu de rapports sexuels, mais c’est une préoccupation insignifiante compte tenu de ce que nous avons fait.

En public.

Au vu et au su de plusieurs étudiants ivres.

Cette histoire n’est pas le moment dont je suis le plus fier, mais bon sang, il fait chaud.

J’ai rencontré Val dans un restaurant de hot pot à Cambridge. D’après ses photos en ligne, je savais que Val était séduisante, mais la voir en personne était autre chose. Elle était magnifique. Mince, en forme, avec des cheveux noirs courts et bouclés, (je suis un pigeon pour les cheveux courts) petite, ferme, des seins et une peau brune et douce.

Quand je l’ai rencontrée pour la première fois, elle portait un pull noir – un de ceux qui sont massifs mais qui ne couvrent presque rien. Ses épaules et son ventre étaient nus, mais le haut ample a quand même réussi à lui faire avaler ses mains en entier. Sous son pull se trouvait un simple soutien-gorge noir et, pour compléter sa tenue, une paire de blue-jeans qui serrait son corps de toutes les façons possibles. Val a étudié l’histoire de l’art dans l’une des millions d’universités de Boston et des environs. Nous avons donc passé la majeure partie du dîner à parler du fait que Manet était le premier troll.

Les choses ont pris une tournure un peu insolite lorsqu’elle a fait référence à « Olympia », un tableau représentant une prostituée célèbre. (C’est en fait assez féministe pour une peinture de 1863, mais je m’écarte du sujet) Nous devenions tous les deux plus flirteurs et de plus en plus audacieux. Je devenais très excitée et je laissais mes yeux, et mes mains, vagabonder un peu.

Après le dîner, nous avons décidé d’aller nous promener, alors nous avons commencé à nous promener en profitant de la fraîcheur de la soirée d’automne et à flâner un peu sur le campus. Maintenant, un peu de contexte ici ; à ce stade de ma vie, je vivais encore chez mes parents, donc je n’avais pas vraiment de bon endroit pour trouver un peu d’intimité. Val n’avait pas non plus de bonnes alternatives, alors nous étions tous les deux incroyablement excités et douloureusement conscients que nous n’avions pas beaucoup de bonnes options.

C’est pourquoi, alors que nous nous promenions dans un campus universitaire sombre et (assez) désert, nous devenions lentement plus fougueux. Au début, c’était des baisers lents et rapides, hésitants et fouillés, tranquillement volés dans le noir, mais peu après, nous sommes tous les deux devenus plus audacieux et plus agressifs. Lorsque j’ai mis la main sous son pull et serré ses seins serrés, Val m’a salué avec un « Enfin » respirable et un doux gémissement. Val aimait bien qu’on joue avec ses tétons ; ils étaient incroyablement sensibles et chaque mouvement provoquait de doux halètements.

Sans véritable possibilité d’intimité, nous nous sommes faufilés dans une petite alcôve juste à côté du quad devant la bibliothèque. L’entrée était en pente et entourée de murs sur trois côtés. En ajoutant la couverture de l’obscurité, nous pensions être à l’abri des regards indiscrets, mais si je suis honnête, nous étions assez exposés.

Cependant, je n’étais pas très inquiet de me faire prendre, et je suppose que Val ne l’était pas non plus.

Peu de temps après, j’avais déboutonné son jean et ma main taquinait ses plis. En la taquinant et en jouant avec elle, j’entendais des étudiants ivres qui passaient par là – sans nous voir, pour la plupart – mais cela mettait en évidence le risque que nous prenions. En tout cas, je me suis mis en position de bloquer le visage de Val à toute personne qui pourrait regarder dans notre direction.

Pendant un moment, j’ai pensé que nous nous en sortirions. Les gens continuaient à se promener, mais le coin sombre devait suffire à nous garder cachés. Val était déjà venue une fois de la double stimulation du clitoris et des mamelons et elle était sur le point d’en avoir une deuxième quand j’ai entendu un grand souffle derrière moi, quelques halètements de reconnaissance et une voix masculine légèrement brouillée qui criait « Allez, prends-en ! « Mon cœur a sauté dans ma gorge, mon estomac a lâché et ma bite est devenue dix fois plus dure. Val a enfoncé son visage plus profondément dans le creux de mon cou, mais elle ne s’est pas arrêtée, en fait elle a écrasé son corps contre mes doigts encore plus fort. Alors j’ai continué.

Elle est venue deux fois de plus sur mes doigts avant de devoir taper. Elle m’a proposé de me sucer avant de rentrer chez moi pour la nuit, mais aussi excité que je sois, elle semblait offrir plus par sens de l’obligation que par sens charnel. En plus de tout le reste, c’était un peu trop pour moi. Nous nous sommes donc séparés pour la nuit. Je n’ai plus jamais revu Val après cela, mais je reviens toujours à cette nuit de temps en temps et je repense à ce qui s’est passé dans ma tête.

  1. Le bureau

J’ai développé un petit truc pour un gars au travail.

Cela a commencé innocemment par un peu de flirt, mais les activités se sont rapidement intensifiées et en quelques mois, nous étions en train de baiser sur un bureau dans la réserve.

Nous avions failli nous faire prendre à quelques reprises, alors nous avons décidé qu’il valait mieux essayer de bien nous comporter pendant les heures de travail.

C’était plus facile à dire qu’à faire.

À une heure particulière du déjeuner, nous étions assis, juste nous deux, dans une rangée de trois cabines de réunion (ouvertes, sans portes). Nous savions qu’il fallait un laissez-passer de sécurité pour passer, donc nous avions quelques secondes d’avance, alors nous nous sommes laissés aller à un rapide baiser.

Cela a conduit à des mains errantes et avant que je ne m’en rende compte, j’ai trouvé mes lèvres autour de sa bite dure comme le roc. S’étant un peu emporté, il m’a alors levé et je me suis penché sur la table. Il a poussé ma culotte sur le côté et a glissé ses doigts à l’intérieur. J’étais excitée à un point incroyable et je sentais le jus de ma culotte couler littéralement le long de ma cuisse pendant qu’il jouait avec moi. Cela a duré quelques minutes avant que je ne me dise : « Merde ».

Je me suis levé, j’ai attrapé sa main et je l’ai rapidement conduit aux toilettes. En quelques secondes, il m’a plaqué contre le mur et m’a enfoncé sa bite dans le corps, j’ai poussé un petit gémissement car la taille de sa bite me coupait le souffle. Ses lèvres étaient sur les miennes et essayaient de me faire taire pour que personne ne puisse nous entendre, mais c’était impossible.

Je me suis mordu la lèvre pour étouffer mes cris alors qu’il me baisait si fort et si profondément. Je savais que je n’allais pas tenir longtemps, alors je me suis retourné et j’ai levé mon pied sur le siège des toilettes et je me suis penché sur la cuvette. Il est rapidement revenu en moi et a eu une prise ferme sur mes hanches alors qu’il me rentrait et me sortait en claquant des doigts.

Mes gémissements se sont intensifiés à l’approche de l’apogée et il a dû me couvrir la bouche avec sa main. Sa main a alors glissé jusqu’à mon cou et il m’a tenu en place pendant que je commençais à gigoter en arrivant, ses poussées sont devenues de plus en plus rapides et il s’est penché en avant et a murmuré qu’il allait jouir, puis il m’a foncé dessus une dernière fois et a vidé tout ce qu’il avait en moi. En ricanant, nous sommes rapidement sortis des toilettes et sommes retournés au travail.

Je n’ai jamais compris pourquoi les gens n’aiment pas ceux du lundi. Je les aime !